Guinée : le ministre de la sécurité sur les nerfs contre des ONG internationales de droit humain

Des organisations de défense des droits de l’homme internationales ne cessent de sortir des rapports accablants contre la Guinée, sur les violations “graves” des droits humains, de façon périodiques. Se prononçant sur cette actualité, Albert Damantang Camara a apporté des démentis.

Le ministre de la sécurité a abordé ce sujet ce vendredi 16 avril 2021, au cours de l’émission”MIRADOR” de FIM FM. Il a ainsi fait savoir que certaines ONG de ce genre ont au sein d’elles, des partisans des formations politiques.
«Il y a des activistes de la société civile déguisés en défenseurs des droits de l’homme, qui sont militants des Partis politiques. Si non, vous ne pouvez pas donner des informations rapportées par un seul camp. Ils disent souvent qu’il n’y a jamais eu la volonté du gouvernement d’ouvrir des enquêtes sur les cas de morts enregistrées. Mais il y a eu 16 agents de forces de l’ordre qui ont été tués ici dans des manifestations, mais ils n’en parlent pas», déclare Albert Damantang Camara.
Il a révélé ensuite que parmi 40 communications du gouvernement après les élections couplées du 22 mars, et l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, il y a eu au moins 12 où on annonce et on précise des enquêtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *