Maintien d’ordre: un agent de la police mis aux arrêts pour insubordination

Après sa note circulaire, la direction générale de la police a mis sa menace en exécution. Un policier déployé dans le cadre du maintien d’ordre lors d’une récente manifestation politique à Conakry a été mis aux arrêts.

Il s’agit de l’adjudant Bangaly, de la CMIS No 19. Il a été arrêté le samedi 18 janvier et présenté à la Télévision Nationale.

Mis en cause pour avoir fait usage de son arme lors d’une récente manifestation politique du FNDC à Conakry, l’agent a reconnu les faits au micro de nos confrères de la RTG.

« J’étais planifié au PA et comme la foule était très proche de nous et je ne savais pas quoi faire comme il n’y a pas de grenades, c’est ce qui m’a poussé de prendre l’arme et faire un tir de sommation pour faire disperser la foule afin de donner le temps aux renforts de venir », a-t-il reconnu.

Pour le directeur général de la police nationale, le Général Ansoumane Camara, Baffoé, cet argument est tout sauf une réalité.

Il explique que les consignes qui ont été données aux agents interdisent l’usage des armes à feu lors du maintien d’ordre.

« On leur a dit dans les consignes, si vous êtes envahis et que vous ne pouvez pas faire quelque chose, quittez“, a déclaré Général Bafoé.

Même si il n’y a pas eu de mort là où le mis en cause a tiré, mais, il va répondre pour non-respect des consignes données. «Il subira les sanctions qu’il faut par rapport au non-respect des consignes données », a-t-il tranché.

C’est la deuxième fois depuis 2010 qu’un agent de maintien d’ordre soit mis aux arrêts pour détention et usage d’armes. Le dernier en date a été jugé et condamné en 2019.

Aboubacar Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *