Négociations autour de la grève : le SLECG pose un préalable au gouvernement

Le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée a répondu ce lundi 13 janvier, à l’invitation du gouvernement pour entamer des négociations sur la grève. La salle polyvalente du ministère de la fonction publique a servi de cadre pour cette rencontre.

Malgré la présence de quatre ministres du gouvernement à cette rencontre, les négociations n’ont pas porté sur les points prévus à l’ordre du jour.

Selon le ministre du travail, les deux partenaires (gouvernement et syndicat) devraient échanger sur la levé de la grève et la finalisation du protocole d’accord signé le 10 janvier 2019. Mais un autre sujet s’est invité lors des négociations. Il s’agit de l’arrestation des certains syndicalistes le samedi dernier.

Après plusieurs heures d’échanges , “le gouvernement avec les syndicalistes se sont engagés à résoudre ce problème pour continuer les négociations ” a fait savoir le ministre Lansana Komara.

De son côté, les représentants du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée ont exactement confirmé qu’il n’est pas question d’aborder d’autres sujets de négociations alors que leurs camarades sont en prison.
Nous avons demandé à ce qe nos camarades soient libérés pour commencer toutes négociations ” a déclaré Aboubacar Soumah.

Il persiste: tant que leurs camarades sont prison, ils ne reviendront pas au tour de la table des négociations.

Dans la journée du samedi 11 janvier, dix (10) enseignants membres du SLECG ont été arrêtés au lycée alors qu’ils étaient partis avoir les nouvelles de leur ami syndicaliste, qui s’est fait déshabiller par des agents des forces de l’ordre.

Au dernières nouvelles, deux responsables du SLECG ont été arrêtés sur la route le Niger.

Aboubacar Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *