Grève des enseignants: le gouvernement accepter de dialoguer avec le SLECG

En marge de son assemblée générale de ce samedi 11 janvier, le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée a présenté le bilan de ses trois premiers jours de grève. Il a ensuite donné les dernières actions du gouvernement.

Au niveau du bilan de ces premiers jours de grève, déclenchée le 9 janvier, le SLECG parle plutôt d’une réussite presque totate, d’après le discours d’Aboubacar Soumah.
“je remercie toutes les enseignantes et enseignants de Guinée d’avoir observé largement la grève. Le bureau exécutif est très fier de vous. Nous avons obtenu plus de 90% de suivi de la grève sur toute l’étendue du territoire national. Même à Kankan la grève a été suivie. Cette fois ci on a battu le record” a déclaré Aboubacar Soumah.

La réussite de ces trois premiers jours de grève est une victoire. Car c’est dans l’unité des enseignants que le gouvernement va fléchir.
Nous avons compris que c’est dans l’unité que nous allons arracher nos droits dans les mains de ces prédateurs” a déclaré le boss du SLECG.

La grève est un droit constitutionnel. Les enseignants doivent résister face aux menaces et intimidations de certains cadres du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, conseille t-il.
Ce pays appartient à tout le monde. Les richesses doivent être réparties équitablement entre les fils de la Guinée. C’est dans ce cadre notre combat s’incrit pour l’amélioration de nos conditions de vie” a fait savoir Aboubacar Soumah.

Par ailleurs, le secrétaire général du SLECG a déclaré avoir reçu une invitation de la part du ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail.

Selon ses explications, c’est le ministre de tutelle de ce département Lansana Komara qui a adressé l’invitation au SLECG dans la journée du vendredi.
Devant les enseignants, Aboubacar Soumah a déclaré qu’ils vont répondre à cette invitation prévue lundi 13 janvier, au ministère de la fonction publique.

Mais ce qui reste clair, “nous n’allons pas discuter des résultat du recensement des enseignants. Car on l’a déjà rejeté. Nous allons demander à ce qu’on nous fasse une proposition sur les huit millions FG” a laissé entendre le premier responsable du SLECG.

En attendant, la grève reste maintenue. Les huit millions et l’intégration des enseignants contractuels dans la fonction publique restent les principales revendications.

Aboubacar Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *