Humanitaire : Alassane Diallo, enseignant contractuel à l’UGLC/S souffre d’une maladie de nature inconnue

Agé de 27 ans, Alassane Diallo est un enseignant contractuel à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia. Depuis fin 2018, il est confronté à une sorte de maladie dont il ne connait pas la nature.

« Tout se passe au niveau du cou. On dirait c’est quelqu’un qui m’a pris là-bas et cela fait que je suis étouffé à chaque fois (…) ». C’est par cette description que le jeune enseignant a commencé à nous raconter ce dont il souffre quand nous l’avons rencontré.
Apparemment, Alassane Diallo est en perte d’espoir. A l’en croire, cette maladie de nature inconnue a provoqué un isolement chez lui.

Ceci, à cause d’une odeur nauséabonde dégagée par sa bouche quand il veut s’adresser à ses interlocuteurs. « Parfois lorsque je parle, je ris et même quand je respire, cela peut aller jusqu’à un certain nombre de mètres. Si rien n’est fait, il y a un risque fort que je perde mon travail et beaucoup de choses à cause de cette maladie. Je suis vraiment dans un désespoir! », exprime-t-il.

‘’Ce qui me dérange un peu, c’est le fait de déranger tout le monde à cause de cette odeur que je dégage’’, regrette le jeune enseignant.

Cependant, Alassane Diallo a expliqué comment il s’est retrouvé dans cet état :
« Tout a commencé au niveau de ma gorge. Mais comme je suis quelqu’un qui ne tombe souvent pas malade, dès que j’ai constaté cela, je me suis directement rendu dans un hôpital. Pour un départ, ils m’ont dit que c’est un problème de dents. Je me suis dirigé chez les dentistes mais ce n’était pas ça. Par la suite, je suis allé chez les cardiologues, négatif. J’ai également fait la fibrose mais néant. Ils m’ont aussi placé un type appareil qui est allé jusqu’au niveau des intestins mais en vain. Et le dernier service de santé que j’ai eu à fréquenter a été celui d’ORL qui s’occupe du traitement des oreilles. Mais depuis là, la situation ne fait que se compliquer et voilà mon inquiétude. J’ai dépensé et la famille aussi. Finalement la maladie ne fait que s’aggraver », a-t-il retracé.


Toutefois, la grosse inquiétude pour cet enseignant contractuel est qu’il ne connait pas la nature de sa maladie.

« Partout où nous sommes passés, pas de résultats fiables encore. Si je savais le mal que j’ai, cela allait être un début significatif mais c’est très compliqué comme cela. Puisque, tous les médecins qu’on a rencontrés, nous disent que c’est soit un problème de dents, du cœur ou encore des intestins. Je ne comprends rien vraiment et c’est pourquoi j’ai décidé de venir auprès de vous (les médias, Ndlr), pour demander tout d’abord au Président de la République, à son gouvernement,les institutions nationale et internationale les personnes bonne volonté pour me faire sortir de ce mal qui est en train de me ronger. En tout cas, tout acte, qu’il soit moral, matériels et même religieux…


L’enseignant contractuel dit avoir adressé une lettre à la Direction de l’institution où il évolue depuis fin janvier 2019, en vue de bénéficier d’une assistance. Mais jusque-là, aucune suite favorable.

« Pour l’instant, je garde l’espoir. Et, je suis convaincu que le message passera et que le peuple de Guinée va réagir. Peut-être avec les explications que j’ai données, les simples commentaires des gens pourront m’aider à connaître la nature de la maladie. Ou encore, certains spécialistes pourront tomber sur cet article et qui vont certainement proposer des solutions. Et même les bénédictions des gens pourront me servir », a espéré Alassane Diallo.

Néanmoins ‘’quand il s’agit des SOS pour une maladie, souvent les gens sont sensibles à la maladie visible par rapport à celle interne. Cependant la maladie interne ou invisible est plus dangereuse et tue facilement. Elle mérite plus d’attention ! C’est mon cas aujourd’hui, car en me voyant apparemment on pense que je suis en bonne santé pourtant je souffre’’, a-t-il évoqué.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *