Conakry : Ouverture de la réunion sur le renforcement des academies nationales des sciences

La banque des nouvelles technologies des Nations Unies en partenariat avec la commission économique des nations Unies pour l’Afrique, la banque africaine de dévéloppement, la commission de l’union africaine et le Réseau des académies africaines des sciences (NASAC) a procédé, ce lundi à l’ouverture d’une consultation sous-régionale des pays francophones sur le renforcement des academies nationales des Sciences dans les pays les moins avancés (PMA), à l’appui du programme de 2030.

Cette consultation qui a démarré ce lundi 9 septembre à Conakry est appuyée par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique.
Durant deux jours, des participants venus de plusieurs pays de l’Afrique francophones vont échanger sur des sujets de Sciences et de nouvelles technologies.
Selon le représentant de la banque des Technologies des Nations Unies, l’objectif principal de cette initiative est d’aider les pays moins avancés à se doter de capacités en matière de Sciences, les Technologies et Innovation (STI) pour promouvoir la transformation structurelle, de leur économie, éliminer la pauvreté et favoriser le dévéloppement durable a déclaré Joshua Setipa.

Pour le représentant résidant pays par intérim du système des Nations Unies en Guinée, ces consultations seront un moment d’échanges et de partage d’idées. « Ces consultations sous-régionales de Conakry, auxquelles nous assistons aujourd’hui, nous donnent de l’espoir: et c’est l’occasion pour moi, de saluer la mobilisation d’eminents délégués, venus de divers pays, venus de l’Afrique de l’Ouest pour animer cette plate-forme d’échange et de partage de connaissance, puisque justement, il est nécéssaire d’avoir ces connaissances entre nous et dans la sous-région», a déclaré professeur Joseph Kizerbo.

Les académies de Sciences jouent un rôle important dans un pays d’après le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
«L’académie des sciences de Ghana a été crée en 1950. D’autres pays ça remonte des années 1800. Elles ont toujours joué un rôle de premier plan dans le dévéloppement de ces pays. Elles apportent de conseils aux différents gouvernement er dans plusieurs sujets.» a declaré Abdoulaye Yéro Baldé.
Des pays de la sous région comme le Burkina Fasso, la Centre-Afrique, le Ghana et plusieurs autres pays ont des académies de Sciences. «La Guinée est l’un des rares pays à ne pas en avoir et à l’issue d’une résolution de l’union africaine, suivie d’une autre de la CEDEAO, nous avons l’obligation de créer des académies de Sciences », déclare Abdoulaye Yéro Baldé.
À l’en croire, c’est à l’issue de ces consultations que la Guinée va créer son académie de Sciences.

Aboubacar Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *