Guinée: la Direction nationale de la pharmacie compte promouvoir la production locale des médicaments

A cours d’un point de presse animé ce vendredi 23 août 2019 à la Direction nationale de la pharmacie et du médicament, la commission chargée d’instaurer l’ordre dans ce domaine a apporté quelques précisions sur l’état d’avancement des travaux des sociétés pharmaceutiques.

C’est dans le cadre de la lutte contre les faux médicaments, la vente parallèle des produits pharmaceutiques, l’évacuation des patients à l’étranger que le ministère de la santé a initié plusieurs activités.
Parmi ces activités «nous avons la révision de la loi pharmaceutique. Cette loi a été promulguée le 13 juillet 2018 par le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé. Tout en insistant sur l’assainissement du secteur », rappelle Dr Nyankoye GOMOU, Directeur national adjoint de la pharmacie et du médicament.

Pour rendre plus concrète cette loi qui règlemente le secteur de la pharmacie, la Direction nationale de la pharmacie et du médicament en collaboration avec le conseil de l’ordre des pharmaciens et le syndicat des pharmaciens de Guinée se sont basés sur 15 critères, pour évaluer 58 sociétés grossistes.

À entendre le Directeur national adjoint de la pharmacie et du médicament « Nous avons évalué 50 sociétés sur 58 soit 86% (…) toutes les sociétés qui ont répondu à 50%, les critères ont été présélectionnés. Et le chiffre exact sera validé et diffusé par l’autorité du ministère de la santé».
Pourtant le résultat définitif de cette évaluation était annoncé pour le 25 août prochain.

Selon Dr Nyankoye GOMOU, la méthodologie utilisée sur le terrain, afin d’avoir des résultats fiables a été le suivant: « nous avons fait des interviews pour savoir la fonctionnalité des sociétés. Ensuite nous avons des revues documentaires (le statut juridique de la société, le contrat de travail du pharmacien responsable, l’arrêté de création et des exploitations) pour se rassurer de l’authencité. En fin comme méthodologie, nous avons visité des locaux en occurrence les magasins de stockage des médicaments pour se rassurer des bonnes pratiques de distribution » précise-t-il.

Au-delà d’assainir le milieu des pharmaciens, l’autre ambition qu’affichent les responsables de ce domaine est de diminuer le taux d’importation des médicaments en favorisant la création des unités industrielles. «C’est-à-dire promouvoir la production locale des médicaments en Guinée, pour pouvoir embaucher beaucoup de Guinéens » indique Dr Nyankoye.

Moussa Keita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *