Cliniques privées: L’ONAMEL et la F/ACPG annoncent quelques mesures pour réglementer le secteur

L’association des responsables de l’Ordre National de la Médecine Libérale (ONAMEL) et la Fédération des Associations des Cliniques, ONG Cliniques et Para cliniques de Guinée (F/ACPG), en conférence de presse conjointe ce jeudi 1er août à Conakry, ont annoncé quelques mesures pour assainir le système de santé en République de Guinée.

Selon les responsables de ces deux structures, il convient d’engager des réformes profondes afin d’aboutir à une meilleure structuration et ou une moralisation de la corporation médicale, ceci pour répondre aux normes internationales en la matière et également aux attentes de la population guinéenne.

« Nous proposons la mise en place et la validation des pools privés et publics constituant l’ordre national des médecins de Guinée, la création de la Direction nationale du système de santé privé et la réduction du nombre de documents à fournir pour les agréments de 14 à 5 », a avancé Dr Michel Kolié, président de l’ONAMEL.

À travers un document lu par le président de FACPG, un mémorandum accompagné de plaidoiries et souhaits ont été formulés enfin de réglementer le secteur de la clinique privée guinéenne. C’est pourquoi ils veulent assainir ce métier en mettant de côté, des non professionnels et certains étrangers qui détiendraient les cartes professionnelles du pays.

« Les cliniques privées couvrent environ 75% des consultations des communautés à la base, uniquement dans la capitale Conakry. C’est pourquoi nous voulons plus de réformes afin de faire l’affaire de nos concitoyens», a mentionné ces responsables.

Pour mettre fin aux mauvaises pratiques au sein du système sanitaire, dans le domaine de la clinique privée en particulier, en République de Guinée, ces structures envisagent de mettre en place des pools privés et publics qui vont permettre de constituer l’ordre national des médecins de Guinée, mais aussi la création de la Direction nationale du système de santé privé et la réduction de 14 à 5, le nombre de documents à fournir pour les agréments.

Robert Mellano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *