Guinée: plus de 38 milles entreprises ont été enregistrées depuis 2014

Depuis 2011, plus de 80 réformes ont permis à la Guinée d’être primée en 2014 parmi les quinze (15) pays les plus réformateurs au monde.

Cette annonce, le ministre des Investissements et Partenariats Publics et Privés, l’a faite ce lundi 03 juin 2019, lors de la présentation de son bilan sectoriel, après une année passé à la tête de ce département.

Selon le rapport Doing Business publié par la Banque mondial, ces réformes ont permis à la Guinée d’être également classée en 2019 parmi les trois États les plus réformateurs d’Afrique de l’Ouest.

À en croire le ministre des Investissements et Partenariats Publics et Privés, la Guinée a progressé de 27 places depuis 2012 et occupe le 152ème rang sur 190 pays, d’où son meilleur score à date.

« De 2010 à 2019, plus de 130 événements promotionnels ont été organisés en Guinée, en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique pour encourager les investissements en Guinée. La Guinée attire et rassure. Pour preuve, des pays qui ne sont pas des partenaires traditionnels de la Guinée s’y intéresse. On peut citer l’Autriche, la Turquie et les Pays Bas», illustre Gabriel Curtis.

En terme de montage de projets de Partenariat Publics et Privés, il faut souligner qu’un nombre important est en cours de négociation selon le premier responsable de ce ministère. De nos jours, 2 parmi ceux-ci, sont en état de maturité avancé.

« Au delà des 5 projets dans l’Urbanisme et l’habitat, les 2 dans la jeunesse et la culture, les 3 dans le transport, les 8 dans l’Energie et l’hydraulique, les 2 dans les Mines et Géologie, 1 dans le Tourisme et l’Hôtellerie et les 3 dans l’assainissement, le MIPPP a aussi participé au montage du projet PPP Solvéo, le premier projet d’énergie solaire en Guinée de 40 MW qui a été signé en février 2019», a dit le ministre.

En vue de répondre aux aspirations du moment, le ministère compte œuvrer pour la promotion du contenu local qui est son ambition phare à travers lequel, grâce à sa collaboration avec d’autres départements ministériels, veillera à ce que les entreprises locales qui n’arrivent souvent pas à décrocher certains marchés, aient une juste proportion des investissements étrangers.

Il faut noter qu’en terme de perspectives, la création d’un Observatoire local à la Primature est annoncée très prochainement par le ministre Gabriel Curtis.

Robert Mellano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *