L’interdiction des manifestations de rue : « nous n’allons jamais permettre aux gens de mettre ce droit en application», d’après Kassory Fofana

Cette annonce, de Dr Ibrahima Kassory Fofana, chef du gouvernement a été faite, en face de la presse ce mercredi 29 mai 2019, dans un réceptif hôtelier de la place pour exposer sur son bilan après un an de gestion à la primature.

Le chef du gouvernement a débattu plusieurs sujets notamment cette question liée à l’interdiction des manifestations de rue en Guinée, particulièrement à Conakry.

Consacrée pourtant par l’article 10 de la constitution guinéenne, les manifestations de rue constituent un droit pour tout citoyen. Mais l’exercice de ce droit par certains citoyens du pays, a fait que ces manifestations sont ont été interdites depuis un certain moment.

Pour le premier ministre, il faut prochainement que les acteurs chargés à l’organisation de ces marches, à l’instar de la société civile, de l’opposition, prennent des garanties avant de les reprendre.

« Tant que nous nous rendrons compte que les manifestations conduisent aux pertes en vies humaines et aux dégâts matériels en Guinée, nous n’allons jamais permettre aux gens de mettre ce droit en application. A défaut, que les organisateurs de ces manifestations, prennent leur responsabilité pour encadrer, sécuriser et appeller les manifestants à la discipline afin d’éviter les conséquences qui occasionnent souvent la perte en vie humaine et matérielle. On ne va jamais les autoriser sans pour autant prendre ces engagements», a exprimé le chef du gouvernement.

Selon Dr Ibrahima Kassory Fofana, à partir du moment où un droit qu’il soit celui de manifester et autre, porte préjudice à la vie et la sécurité des citoyens et leur biens, le mieux c’est de faire attention à ce dernier.

Robert Mellano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *