Ouverture du SADEN 2019: ce que suggère Alpha Condé aux entrepreneurs

Crédit photo: cellule de com du gouv

L’ouverture de la première édition du salon des entrepreneurs a eu lieu ce mardi 12 mars 2019 à Conakry. Présidé par le Chef de l’Etat, Alpha Condé a lancé des messages forts aux patrons d’entreprises et la diaspora guinéenne pour le développement du pays à travers l’entrepreneuriat.

Lancé en présence de plusieurs membres du gouvernement, des partenaires au développement et des hommes d’affaires, le salon des entrepreneurs est une initiative du gouvernement guinéen en collaboration avec le Centre de commerce international (ITC), l’agence d’exécution du volet entrepreneuriat du programme INTEGRA, financé par l’Union européenne.

Dans son discours, le président de la république a mentionné la facilité de créer des entreprises sous son régime. Quand il venait au pouvoir en 2010, rappelle-t-il, il fallait 3 mois pour créer une entreprise en Guinée.

«Aujourd’hui, pour créer une entreprise en Guinée, il faut 24 heures. Il faut dire aussi que les hommes d’affaires n’étaient pas habitués à l’entrepreneuriat parce que le commerce est plus facile. Ils ne payaient ni douane, ni taxe. Les bateaux qui venaient, c’était écrit Présidence ou Armée alors que c’est pour les commerçants», affirme Alpha Condé.

«Nous avons des entreprises qui ont été créées pendant la première République, même si elles ne fonctionnaient pas à cent pour cent, mais elles permettaient de transformer : l’usine de tomate de Mamou, l’usine de jus de fruits de Kankan, Salguidia,etc. En fait, nous n’avions pas l’esprit entrepreneurial, c’était le commerce. Il fallait créer cet esprit au niveau des hommes d’affaires pour qu’ils acceptent de prendre de risques afin de créer des entreprises parce que le commerce, on gagne vite. Mais, l’entreprise, il faut investir et attendre quelques temps», continue le président de la république.


Quant aux hommes d’affaires, le Chef de l’État a souligné qu’en Guinée, il n’y a pas un répertoire des hommes d’affaires. «On doit en avoir pour savoir qui fait quoi dans le pays. Cela permet aux partenaires qui viennent, de savoir à qui s’adresser pour avoir un partenaire».

Au salon des entrepreneurs dans un réceptif hôtelier à Conakry


Il faut que les hommes d’affaires guinéens acceptent de présenter des projets bancables afin de pouvoir bénéficier des financements promis au cours du groupe consultatif à Paris par Exim banque, l’AFD, la SFI, incite Alpha Condé.


«Nous sommes prêts à accompagner les hommes d’affaires. Ce que les organisations patronales n’ont pas pu faire depuis 2011, voilà les jeunes l’ont fait. Vraiment, j’encourage ces jeunes et vous pouvez être certains que le gouvernement va vous accompagner. Nous allons d’abord créer les conditions physiques c’est-à-dire, l’électricité, l’eau, les infrastructures parce que nous ne pouvons pas nous industrialiser si nous n’avons pas d’énergie. Nous ne pouvons pas commercialiser si nous n’avons pas des routes. Donc, l’État va vous créer les bases matérielles, mais aussi les conditions juridiques et techniques», exhorte le président.


«Ensuite quand je parle des nouvelles technologies, la Guinée va jouer un grand rôle dans le Smart Africa parce que, c’est nous qui sommes chargés d’interconnexion régionale au niveau de 5 pays d’Afrique de l’Ouest», estime le Chef de l’Etat.


Sa reconnaissance à la diaspora pour le développement du secteur

D’après le président guinéen, la diaspora joue un grand rôle dans le développement de la Guinée. «Nous avons une nouvelle génération de jeunes intellectuels venus de l’extérieur qui, au lieu de chercher à être des fonctionnaires, ont un esprit d’entreprise et ils vont amener un souffle nouveau», reconnait Alpha Condé.

Il n’a pas manqué de signaler des insuffisances dans le secteur de l’entrepreneuriat en Guinée. Mais, Alpha Condé a demandé à l’Agence de promotion des investissements privés et la direction des investissements de remedier à celles-ci.

Abdourahmane Zoumanigui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *